Politique + Patient 3/17

###USER_title### ###USER_name###

C’est avec plaisir que nous vous faisons parvenir le dernier numéro de Politique+Patient, dans lequel nous nous demandons notamment comment il convient de garantir la qualité du système de santé suisse – et à quel prix.  

Une solution contraire au droit : La deuxième intervention tarifaire prévue par le Conseil fédéral est une opération d’économies à courte vue mettant en péril et la qualité de la prise en charge médicale et sa continuité. Une opération qui ne permettra aucune économie – au contraire. Les victimes en seront à coup sûr les patients les plus fragiles (nous vous invitons d’ailleurs à voir à ce sujet, sous www.kka-ccm.ch, la réponse que la CCM a donnée lors de la procédure de consultation).

La tache aveugle : Les médecins travaillant en ambulatoire, plus que les autres, se voient reprocher de ne contribuer en rien à l’assurance qualité de leur pratique. Cela est faux. P+P a demandé au Dr Christoph Ramstein pourquoi il était important que les programmes qualité soient élaborés par des médecins et ce qu’il convient d’entendre au juste par une bonne qualité.

Tant qu’à se casser une jambe, autant que ce soit en Suisse : Le système de santé suisse est l’un des meilleurs du monde. C’est ce qu’affirme une étude publiée récemment et c’est aussi l’opinion d’une parodontologue japonaise qui en a fait personnellement l’expérience après s’être fracturé la cheville en redescendant sur Grindelwald.

Politique + Patient 3/17 (fichier PDF, 320 Ko)

Nous vous souhaitons une lecture éclairante ainsi que des discussions animées.

Le comité de rédaction

Conférence des Sociétés Cantonales de Médecine, Nordstrasse 15, CH - 8006 Zurich
Téléphone 044 421 14 14, info@kka-ccm.ch, www.kka-ccm.ch

Se désabonner